Organisation d’obsèques : les étapes à suivre

Avant d’effectuer toute sorte de cérémonie d’obsèques, il faut tenir compte des dernières volontés de la personne décédée. En fait, celles-ci doivent être respectées à la lettre. L’omission de ces faits est passible de peine d’emprisonnement de 6 mois et d’amende de 7 500 euros.

Les délais pour l’organisation des obsèques

Quoi qu’il en soit, la crémation ou l’inhumation ne peut être réalisée moins d’une journée, ni au-delà de six jours. Ceux classés comme fériés et les dimanches ne sont pas inclus dans ces délais. Si la personne meut chez un proche ou à son domicile, son corps pourra y séjourner jusqu’à ce que la cérémonie d’obsèques aura lieu.
Cependant, avant la mise en bière, la famille du défunt peut le transférer dans une chambre funéraire ou dans un funérarium. Si des soins de conservation du corps ont été effectués, il faut respecter les délais de 48 heures. Dans ce cas, il est obligatoire de faire appel à un service de pompes funèbres.

Si le décès a eu lieu en clinique ou à l’hôpital, le corps peut être transporté au domicile d’un proche ou de la personne décédée, et ce, dans les 24 heures. Dans ce cas, il faut se procurer d’une autorisation du maire de l’endroit du décès. Une autre solution est aussi possible. Il s’agit de transférer le corps à la chambre funéraire de l’établissement. Il en a obligatoirement une. Dans cette hypothèse, le transport ainsi que les 3 premiers jours passés dans cette chambre sont gratuits. L’administration de l’établissement fixe un tarif au-delà de ces délais.

Qu’en est-il des modes de funérailles ?

Il existe deux types de funérailles, à savoir l’inhumation et la crémation.

L’inhumation a généralement lieu dans le cimetière de la commune du décès, dans le caveau familial du défunt, etc.

Si la personne décédée ne possède aucune concession et lorsqu’elle n’a que des revenus modestes, son inhumation s’effectue dans une fosse individuelle, en terrain communal. Cela est gratuit pendant 5 ans minimum. Une fois le délai expiré, le terrain est repris par la commune. Dans le cas où la famille du défunt ne réalise pas à un second enterrement à ses frais, celle-ci déposera le corps dans un ossuaire.

Une autorisation octroyée par le maire de la commune du lieu de décès est obligatoire afin de procéder à la crémation. Cela est également valable si le corps a été transféré dans une autre commune. Cette fois-ci, c’est le maire du lieu de fermeture du cercueil qui délivre cette autorisation. Pour l’obtenir, il faut détenir d’un certificat médical qui atteste le décès. Il faut aussi que l’attestation médicale affirme que le défunt n’avait pas de problème médico-légal et n’a pas implanté un stimulateur cardiaque.

L’urne funéraire sera déposée dans une case de columbarium ou dans le caveau de la famille. Une autre option est aussi envisageable. Il s’agit de la dispersion des cendres dans le jardin du souvenir ou sur un site conçu par la commune. Pourtant, il est possible de les disséminer en pleine nature comme dans les rivières et les fleuves.

Il faut noter que cette urne ne pourra pas être conservée dans la maison d’un particulier.

Comment choisir une entreprise de pompes funèbres ?

Lorsque les décisions à propos de l’organisation des funérailles ainsi que la forme de sépulture ont été prises, la famille du défunt devra choisir une entreprise de pompes funèbres. En fait, il y a trois types d’organismes spécialisés dans l’organisation d’obsèques, à savoir les associations, les régies communales et les sociétés privées. Parmi ces dernières, Privat Rodde est la plus reconnue à La Roche-sur-Yon, dans la Vendée. Elle vous propose des prestations funéraires de qualité. En outre, si vous souhaitez vous inscrire à un contrat, cette société pourra vous accompagner dans toutes les démarches. Ainsi, vous serez tranquille, car vos derniers souhaits seront respectés le jour venu.